Cet audit préalable à la déconstruction est obligatoire depuis le 1er janvier 2011.

Il vise à permettre d’évaluer les qualités et quantités de déchets que représente le bâtiment à démolir ou à réhabiliter et les possibilités de déconstruction sélective partielle ou totale en fonction des techniques disponibles et des filières de valorisation locales.

L’audit comprend trois grandes parties :

1) L’audit préalable du bâtiment à démolir : une analyse du site et du bâtiment
Il permet de disposer d’une connaissance la plus précise possible de la nature, de la qualité et des quantités de tous les matériaux et équipements composant le bâtiment ou l’ouvrage faisant l’objet d’une démolition ou déconstruction.
Cette phase comprend :

  • Une étude du site, de ses potentialités et de ses contraintes (recueil des données, présentation générale de l’opération)
  • Un repérage des éléments constitutifs du bâtiment, localisation, recensement et analyse visuelle des matériaux
  • Une estimation des quantités de matériaux en place
  • L’identification des pollutions éventuelles du sol et du sous-sol en fonction de la destination des bâtiments et des activités passées


2) L’analyse des filières d’élimination et de valorisation des déchets
Nous recherchons  des solutions d’élimination et de valorisation pour chaque type de déchets avec leur coût (y compris le transport) et leur localisation.
Ce recensement permet de définir la nature et le degré de tri devant être réalisé sur le chantier, l’objectif étant d’éliminer les déchets dans le respect de la réglementation et d’atteindre une valorisation maximum à un coût minimum.
L’audit préalable des bâtiments et l’analyse des filières d’élimination avant démolition doivent donc, en particulier, permettre :

  • D’une part, d’identifier les matériaux (et éventuellement les produits stockés) présentant des risques pour l’environnement et/ou pour la santé des opérateurs de la démolition et qui doivent faire l’objet d’une opération de dépose spécifique et d’une élimination particulière et adaptée
  • D’autre part, d’identifier les principales catégories de matériaux (et produits) devant faire l’objet d’un tri séparé au vu des quantités mises en jeu et/ou de leurs particularités ainsi que de l’existence locale de filières de valorisation (notamment recyclage)

3) L’étude technico-économique de la déconstruction (démolition)
A partir des données précédentes issues de l’audit et de l’analyse des filières locales, nous fournissons une estimation des dépenses prévisionnelles des travaux.
L’estimation prendra en compte les différentes options quant aux méthodes de déconstruction et de tri et surtout quant aux filières d’élimination des déchets pour apprécier le coût des travaux par rapport au taux de valorisation atteint.
Cette estimation économique comprend :

  • Une présentation de différentes options sur la méthode de déconstruction avec leurs avantages et leurs inconvénients et le taux d e valorisation correspondant
  • Une analyse économique prévisionnelle de la déconstruction faisant apparaître le coût de la main d’oeuvre, le coût du tri des déchets, de leur élimination, des équipements de sécurité mais aussi l’éventuelle revalorisation de certains matériaux
Back to top